Pancréatite : Aliments interdits

Pancréatite les Aliments interdits

Tout savoir sur la pancréatite chronique

La pancréatite chronique (PC) est caractérisée par un processus inflammatoire chronique, qui détermine des changements morphologiques et structurels involutifs progressifs du pancréas, avec une insuffisance pancréatique exocrine (IPE) et une défaillance endocrine. Dans cet article nous allons voir les aliments interdits pour la pancréatite.

Au cours des premières phases du processus inflammatoire chronique, des altérations du tissu glandulaire sont déterminées, avec formation de tissu fibreux. Il s’ensuit une dilatation du canal principal, la formation de pseudo-kystes et de calcifications intra-glandulaires. L’apparition de la pancréatite chronique survient entre la 4e et la 5e décennie de vie et touche principalement les hommes (3:1). Plusieurs facteurs de risque (alcool, tabagisme, hypercalcémie, syndromes héréditaires, auto-immunité, mutations génétiques, etc.) ont été identifiés, mais chez la plupart des patients, il s’agit toujours d’une maladie d’étiologie inconnue.

Pancréatite les Aliments interdits

Du point de vue clinique, il est possible de distinguer deux phases :

  • la phase précoce, caractérisée par des épisodes de pancréatite et de douleurs abdominales récurrentes, en particulier post-prandiales,
  • la phase tardive, dans laquelle les symptômes sont liés au degré d’insuffisance pancréatique exocrine et/ou endocrine (maldigestion, stéatorrhée et diabète).

À des stades plus avancés, d’autres symptômes tels que des douleurs, des nausées, des ballonnements abdominaux, une perte de poids et un manque d’appétit peuvent être présents.

Le temps moyen d’apparition des symptômes et des signes de maldigestion a été estimé à environ 8-9 ans chez les patients souffrant d’abus d’alcool et à environ 15 ans chez les patients atteints de PC d’origine inconnue. La malnutrition doit être diagnostiquée dès les premiers stades pour permettre une thérapie de soutien adéquate. Il est important d’étudier toute réduction de l’IMC en dessous de 18,5 et toute carence en macro- et micronutriments (ferritine, protéine de liaison du rétinol, albumine, vitamines liposolubles, calcium, magnésium, vitamine B12).

 

Les aliments à éviter pour la pancréatite

  • L’abstinence d’alcool est la première stratégie thérapeutique pour réduire la douleur et la malnutrition.
  • Les aliments frits ou riches en graisses saturées (d’origine animale). Comme les oeufs, la viande et les aliments fumés.
  • Limiter la consommation de fibres, ce qui peut réduire l’absorption d’enzymes et retarder l’absorption de nutriments (les fibres contiennent des substances telles que des phytates et des oxalates qui interfèrent avec l’absorption du zinc, du phosphore, du calcium et du magnésium).
Lire aussi  Quoi manger quand on fait du trail ?

aliments a éviter pour une pancréatite

La pancréatite chronique est caractérisée par un état de malabsorption chronique (plus ou moins grave), parfois associé à une dyspepsie et à des douleurs (qui peuvent augmenter au moment des repas) ; cela amène souvent les patients à refuser de s’alimenter.

Les objectifs du régime pour la pancréatite sont de lutter contre la malnutrition due à la malabsorption et de stimuler l’activité pancréatique au minimum.

 

Quel régime alimentaire pour une pancréatite ?

  • Élimination complète de l’alcool (y compris le vin aux repas) et des boissons avec d’autres nerfs (café, thé, énergie, etc.)
  • Fractionnement élevé de l’énergie totale, avec au moins 6 petits repas
  • Teneur élevée en eau
  • Concentration normale de glucides, de préférence avec un faible indice d’insuline glycémique ; environ 60 % de l’énergie totale
  • Concentration normale en protéines ; environ 15 % de l’énergie totale ou 0,8 g par kg de poids physiologique souhaitable
  • Concentration minimale de lipides ; environ 25 % de l’énergie totale
  • Quantité de fibres égale ou inférieure à 15-20g/jour.
  • L’utilisation de suppléments vitaminiques est souhaitable, surtout en cas de malabsorption plus prononcée. Cette intervention est nécessaire en raison du faible potentiel digestif, en particulier des molécules liposolubles (toutefois, prises en quantité limitée pour éviter la fatigue du pancréas).

Les principales sources de glucides à faible indice glycémique et d’insuline doivent être les légumineuses décortiquées et les céréales raffinées, de préférence dans des recettes à base de bouillon. Cette recommandation, qui ne semble pas répondre à la nécessité de modérer l’indice glycémique et insulinique, est essentielle pour éviter que les fibres n’entravent excessivement l’action des enzymes (tant endogènes qu’exogènes).

 

Les protéines à haute valeur biologique doivent être apportées par la combinaison de légumineuses et de céréales, et par des aliments d’origine animale à faible teneur en matières grasses tels que le poulet et la dinde sans peau, les morceaux maigres de veau et de bœuf, la longe de porc, la dorade, le bar, le cabillaud, la plie, les blancs d’œufs, les flocons de fromage à faible teneur en matières grasses (il vaut mieux éviter les autres produits laitiers), etc.

 

Lire aussi  Régime Alimentaire pour Diabètique Type 2

 

Comment cuire les aliments ?

 

La cuisson de tous les aliments doit être totalement exempte de graisses ajoutées, c’est pourquoi il est suggéré d’utiliser des poêles antiadhésives ou de pratiquer des techniques telles que : ébullition, cuisson à la vapeur, cuisson sous pression, bain-marie, en marmite et sous vide.

Dans l’alimentation pour la pancréatite chronique, les condiments doivent être à base d’huiles riches en acides gras à chaîne moyenne, dont l’absorption est indépendante de l’action de la bile et des lipases pancréatiques ; en règle générale, il vaut mieux ne pas dépasser 30-40g/jour.

 

L’huile qui contient la plus grande quantité d’acides gras à chaîne moyenne est l’huile de noix de coco ; le beurre en contient également un bon pourcentage, mais il n’est pas recommandé en raison de la nature saturée des acides gras qu’il contient.

 

 

Notes nutritionnelles

L’objectif de l’intervention nutritionnelle chez les patients atteints de pancréatite chronique (PC) est de corriger la malnutrition, plus fréquente chez les patients ayant un IMC < 18 ou un poids insuffisant, due à la fois à l’état hypermétabolique, typique des maladies chroniques, et à la malnutrition/la mauvaise digestion causée par une diminution de la fonction exocrine du pancréas, une sécrétion insuffisante de bicarbonates dans le duodénum, avec pour conséquence une inactivation des enzymes et des acides biliaires, due à une acidité gastrique accrue. La carence en micronutriments contribue à réduire la capacité antioxydante, avec des dommages accrus liés au stress oxydatif. La carence en vitamines liposolubles (vitamines A, D, E, K), en sels minéraux et en oligo-éléments peut être liée non seulement à la gravité de la stéatorrhée, mais aussi à un régime alimentaire qui ne fournit pas un apport adéquat de ces nutriments. En particulier, des carences en vitamine E, zinc, vitamine B12, magnésium et calcium ont été documentées chez les patients atteints de CP. En outre, 25 % des patients atteints de CP sont atteints d’ostéopénie et/ou d’ostéoporose.

 

Valeurs optimales de l’IMC en fonction de l’âge et du sexe

 

La présence de symptômes tels que des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et une satiété précoce peut inciter les patients à limiter leur consommation de nourriture par crainte d’une aggravation des symptômes. La réduction de l’apport calorique, et en particulier de l’apport en graisses, est souvent la conséquence d’une prescription médicale incorrecte. Le patient alcoolique peut présenter une malnutrition causée par l’hypothèse que l’alcool est la principale source d’énergie. L’apparition possible d’un diabète pancréatique (type 3c), caractérisé par de fréquents épisodes d’hypoglycémie, en raison d’une gluconéogenèse hépatique accrue et d’une sensibilité périphérique accrue à l’insuline, peut induire des restrictions alimentaires injustifiées, qui réduisent encore l’apport énergétique des patients.

Lire aussi  La courgette un aliment essentiel pour la pratique sportive!

Rien ne prouve qu’un régime alimentaire avec un apport lipidique réduit puisse améliorer de manière significative la stéatorrhée et/ou ses symptômes. La réduction de l’apport en lipides pourrait encore réduire l’absorption des vitamines liposolubles. L’utilisation de triglycérides à chaîne moyenne (TCM) ne s’est pas avérée efficace chez les patients atteints d’EPI (insuffisance pancréatique exocrine) et de PC (pancréatite chronique). Leur faible appétence et leur coût excessif réduisent leur potentiel d’utilisation. Cependant, ils sont indiqués chez les patients présentant des symptômes persistants ou une perte de poids, malgré une thérapie enzymatique adéquate.

Une thérapie enzymatique adéquate (40-50 000 U lipase par repas, 25 000 U par collation) joue un rôle clé dans la réduction de la maldigestion et de la malnutrition, l’optimisation de l’absorption des macro- et micronutriments, la réduction de la stéatorrhée et l’amélioration de la qualité de vie du patient.

Il existe peu de recommandations fondées sur des données probantes concernant les changements alimentaires chez les patients atteints de CP. La recommandation générale est de corriger les carences nutritionnelles qui peuvent être présentes au cours de la maladie.

 

Mesures nutritionnelles à prendre :

  • Éviter les restrictions alimentaires injustifiées.
  • Répartir l’apport énergétique quotidien de manière à recevoir environ 60% des calories provenant des glucides, de préférence complexes, 25-30% des calories provenant des lipides et 10-15% des calories provenant des protéines (0,8-1,2 g/kg de poids corporel désiré).
  • Éviter les gros repas et fractionner l’apport calorique quotidien (3 à 5 repas) pour réduire l’hyperstimulation pancréatique et mieux contrôler l’hypoglycémie en présence de diabète.
  • Augmenter la consommation d’aliments riches en antioxydants, en particulier le sélénium, le bêta-carotène, l’acide ascorbique et le tocophérol, qui semblent également utiles pour traiter la douleur.
  • Dans certains cas, l’utilisation d’aliments homogénéisés peut être indiquée, qui semblent stimuler la sécrétion pancréatique au minimum, et pour une durée réduite, par rapport aux aliments de consistance solide.
  • En présence d’une insuffisance pancréatique exocrine (IPE) grave et d’une carence en vitamines établie, administrer des vitamines liposolubles par voie parentérale.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

EN RAPPORT